• Elle parfume.......

     

     

    La vanille, cette orchidée au nom exotique, a une longue histoire. Bien longtemps avant l'arrivée des Européens au Mexique la vanille était utilisée par les Aztèques. Les Aztèques connaissent et apprécient la vanille qu'ils appellent tlilxochiti, ce qui signifie gousse noire, ils l'utilisent pour parfumer le cacao.Le Mexique garde le monopole de la vanille pendant le XVIIe et le XVIIIe siècle. La vanille fait son apparition à la cour d'Espagne dès le début du XVIe siècle, elle est aussi appréciée en France ou Louis XIV succombe à son arôme. L'introduction de la vanille Bourbon s'est faite en trois temps, à partir de trois lieux différents : en 1819, elle vient de Cayenne,en 1820, elle vient de Manille et en 1822, elle vient du Muséum de Paris.

     On distingue deux types de vanilleraies :

    Les vanilleraies de vocation (en sous-bois), la culture se fait grâce à l'utilisation comme tuteurs des essences de la forêt : vacoas, avocats marrons, filaos, goyaviers, jamrosa.....

    Les vanilleraies intercalaires (complémentaires), elle désigne la culture en pleine lumière en association avec la canne à sucre créant le micro-climat idéal, ombrage en saison chaude et protection du vent.

    Il existe aussi la culture sous ombrière, les cultivateurs assurent le bouturage, contrôlent ou assistent le bon accrochage et veillent à replier la liane de telle façon que les futures gousses se trouvent à hauteur d'homme.

     

    Les premières fleurs s'épanouissent vers la mi-septembre, la floraison se poursuit jusqu'au mois de décembre. Les fleurs naissent par grappes à l'aisselle des feuilles, chaque grappe contient 15 à 20 fleurs, chaque fleur s'épanouit l'une après l'autre et ne dure qu'un seul jour.

    On prend les fleurs les plus belles, sur chaque grappe, on choisit 6 à 7 fleurs, on laisse rarement plus de quatre grappes par liane.

    La fécondation naturelle n'est pas possible sur l'Île, elle est réalisée naturellement dans la région d'origine de la vanille par des insectes du genre Melipona, sortes d'abeilles sociables, mais absentes à Bourbon.Cependant il reviendra à un jeune esclave créole Edmond Albius de découvrir le plus procédé opératoire, procédé utilisé aujourd'hui dans le monde entier.

    La fécondation se fait par temps sec, démarre au lever du jour pour se terminer à 11 heures, jamais l'après-midi à cause du soleil, la fécondation a pour but de mettre le pollen en contact avec le pistil. Le savoir-faire réclame dextérité, souplesse et rapidité, ce travail à la Réunion est l'oeuvre des femmes. Une bonne ouvrière peut féconder entre 1.000 et 1.500 fleurs par jour, pour pratiquer la fécondation artificielle, on utilise une épine de citronnier, une pointe de bambou, une nervure dorsale appelée 'nic" autrefois de cocotiers, de palmistes ou de lataniers. 

    La vanille

    Six semaines après la pollinisation, le fruit appelé gousse apparaît, atteint sa taille adulte, la gousse atteint sa maturité entre le cinquième et le neuvième mois. La récolte a lieu entre juin et septembre, période très délicate,cueillie trop tôt la gousse séchera difficilement, trop tard elle se fend. Quand approche la maturation la gousse perd son brillant; sa couleur vert clair, son extrémité encore appelée queue, prend une teinte jaunâtre. Il convient de cueillir la gousse quand la couleur jaune pâle de la queue va aller en se dégradant vers l'autre extrémité, la tête. Les conditions dans lesquelles la récolte s'est faite détermineront la qualité de la production.

     L'échaudage : Cette opération consiste à immerger dans une eau chaude entre 60° et 65° des paniers contenant les gousses. A chaque plongée la cuve reçoit deux paniers d'osier contenant chacun environ 30 kg de vanille. L'immersion dure 3 minutes, phase délicate, elle a pour but d'arrêter toute végétation dans les pousses. L'échaudage provoque la sortie de corps gras des gousses.Une fois échaudées, les gousses sont placées dans de grandes caisses capitonnées de couvertures de laine pour éviter toute déperdition de chaleur. Ces caisses recouvertes de couvertures, la durée de cette opération appelée étuvage varie de 12 à 14 heures, la gousse change de teinte et prend une couleur noir-chocolat.

    Le séchage :  Plusieurs étapes, au four, au soleil et à l'ombre, les deux dernières sont entrecoupées par une opération de triage.Au four: les gousses sont mises sur des claies, empilées sur des chariots et placées à l'intérieur d'un four à 65°, 3 heures par jour, pendant 7 jours.Au soleil, disposées en couches minces sur des claies, elles sont exposées au soleil 3 à 5 heures par jour durant une semaine, les gousses vont perdre leur eau et devenir plus souple.A l'ombre, placées sur des claies dans un local aéré, phase la plus longue un mois, exige soin et surveillance. Le triage, permet de séparer les gousses en fonction de leur taux d'humidité, les vanilles industrielles vont directement dans les malles, les vanilles ménagères subiront le séchage à l'ombre.Le mise en malle , elle va durer 8 mois, les malles sont en bois et garnies de papier sulfurisé. C'est au cours de ce séjour que le parfum apparaît, l'arôme apparaît donc tardivement, les malles seront contrôlées une fois par semaine, pour vérifier le taux d'humidité, les gousses moisies seront retirées.

    Mesure et classement vont permettre de réaliser le calibrage des gousses.Le mesurage : à qualité égale, ce qui fait la valeur commerciale de la vanille c'est sa longueur, on utilise une bande de papier divisé en centimètres, chaque division correspond à un casier, où la gousse est envoyée.Le classement : il fixe les normes auxquelles doit se soumettre la vanille destinée à l'exportation.

     Le conditionnement : une fois le mesurage et le classement terminés, on confectionne des paquets, appelés bottes avec des gousses de même longueur, elles sont emballées dans des caisses garnies de papier sulfurisé. La répression des fraudes vérifie la conformité des produits, appose des scellés sur les caisses. Les scellées seront levés un mois plus tard, si la vanille n'a subi aucun dommage, l'autorisation de vendre est accordée.

     

    •  
    « De l'exotisme dans votre assiette...Pour ceux qui aiment.... »

  • Commentaires

    14
    Vendredi 15 Novembre à 19:49

    Bonsoir calacaline,

    Voilà un bel article sur la vanille. J'avais vu un reportage qui durait près de deux heures et j'ai compris pourquoi la vanille était chère. Mais qu'importe car j'aime bien en avoir d'avance. 

    Un beau choix de photographies et tu as fait un sacré boulot pour le résumé.

    Gros bisous et bonne soirée à vous deux. 

    13
    Jeudi 14 Novembre à 09:58

    bonjour Jackie , ah oui un très bel article sur cette vanille qui sent si bon et ces fleurs si belles , et tout l'art pour les faire pousser ! merci pour ces infos gros bisous belle journée  a+ ps désolé si je ne passe plus tous les jours mais  hi hi hi  on est deux à la maison  d'ailleurs je ne publie plus tous les jours ...  amicalement  coucou à François  prenez soin de vous 

    12
    jm:rober
    Mercredi 13 Novembre à 13:58

    Bonjour,

    Superbe reportage sur cette plante et sa gousse

    Bonne fin de journée

    Amitiés

    11
    Mercredi 13 Novembre à 10:20

    Un très bel article ,bon mercredi bisous

    10
    Mercredi 13 Novembre à 09:39

    héhé ça c est de la bonne vanille pas comme celle qui vient des parties intimes de certains animaux je n y croyait pas mais ça a été dit a la télé et bien confirmé sur le net quand meme , oh c est pas du poison , mais zut alors si ça vient de sglandes sexulles du castor par exemple car je ne sais plus de quel mamiferes il s agit mais c est plus que sur  beurk beurk 

     bon mercredi 

     bisous 

      • Mercredi 13 Novembre à 09:43

        c est bien du castor et de ses glandes sexuelles qu il s agit pour parfumer nos glace sou autres et si c est marqué naturelle  c est que la aussi c est naturel et pas un produit chimique mais le reve part avec ça 

    9
    Mercredi 13 Novembre à 07:56

    C'est certain que par rapport à celle que l'on trouve en sachet , l'odeur et le goût ne sont pas du tout les mêmes .

    Merci pour ce joli reportage 

    Bisous et bonne journée 

    Lucia

    8
    Mercredi 13 Novembre à 07:33

    merci pour ce bel article sur la vanille que j'aime beaucoup mais est assez onéreux. La dernière fois, j'ai fait 3 magasins avant de trouver des gousses. Aujourd'hui, c'est le jour des commissions. Bon mercredi. Gros bisous.

    7
    Mercredi 13 Novembre à 07:16

    Bonjour Jackie

    Voilà un article complet et j'ai appris beaucoup de choses.

    J'aime la vanille mais n'en achète jamais, moi qui cuisine toujours le saumon en papillote, je serais curieux d'essayer la recette de Naniland.

    Bonne journée Bisous !!!

      • Mercredi 13 Novembre à 20:30

        Et bien tu vois je n'y aurai pas pensée avec du saumon et pourquoi pas !!!

        Bonne soirée Robert, bisous

    6
    Mercredi 13 Novembre à 06:24

    Bonjour oui elle parfume mais ses gousses se vendent au prix de l'or! bonne journée bisous

    5
    Mercredi 13 Novembre à 04:07

    J'aime la vanille dans les plats sucrés mais aussi en salé, comme la papillotes de saumon à la vanille !!

      • Mercredi 13 Novembre à 07:17

        Surprenant !!! Je serais curieux d'essayer ???

    4
    Mercredi 13 Novembre à 03:44

    Bonjour Jackie 

    Tres très beau billet il ne nous manque l’odeur..

    Tout est bien expliquer ,dommage qu’elle soit si chère 

    J’ai un e amie qui m’en a rapporter de Mayotte et une autre de Madagascar. Je trouves qu’elle 

    a durci un peu   Je suis obligée de la faire tremper avant l’emploi....

    En espérant  que ta jambe va un peu mieux

    ne forces  trop car normalement il faut du repos 

    Je te souhaite un Bon mercredi  je t’envoie de gros bisou ,..

    Monique ❤️❤️❤️❤️

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :