•  

     

    Un métier vieux de huit siècles

    Marchand de Marrons

    Ce petit métier des rues remonte au XIIe siècle, le premier marchand de marrons chauds, originaire de Lyon se serait installé à Paris, près du Palais Royal, habillé en moine, il attirait le chaland par son cri et son déguisement. Si la légende le veut lyonnais, le marchand de marrons est plutôt Limousin ou Auvergnat ou bien issu du Vivarais ou e la Savoie.

    Paysan au départ, il quitte sa région à l'automne, lorsque la saison des gros travaux agricoles est finie et que celle des châtaignes commence entre septembre et novembre. Il soulage sa famille en quittant son pays pauvre et en venant gagner un peu d'argent en ville avec un matériel rudimentaire.

    Les bonbons chimiques n'existent pas, les friandises sont celles qu'apportent les saisons à tour de rôle : les cerises, les fraises ou les framboises l'été et les châtaignes l'automne. Les enfants en raffolent, alertés par le cri du marchand mais aussi par le bonne odeur des marrons grillés, ils quémandent quelques pièces à leurs parents pour acheter un cornet (ou un chapelet de vingt-cinq, disait-on autrefois) Ils ne craignent ni de se brûler les doigts en voulant prendre un marron trop vite, ni de salir avec la cendre noire des coques trop grillées, ça fait partie du plaisir.

    Autrefois ce métier de gagne-petit se pratique même quand on est à le limite de la mendicité, pour survivre, il suffit d'un petit brasero portatif et d'un sac de châtaignes. Certains marchands sont bien sûrs mieux équipés, avec du matériel solide, parfois une charrette à bras ou un âne.

    D'autres ont carrément pignon sur rue, avec un emplacement attitré à l'entrée d'un grand magasin ou d'un site touristique. Dans les années 1920, un marchand parisien près de la tour Eiffel donne même à son gril la forme d'une locomotive, les marrons fument en cuisant et cette fumée par alors dans la cheminée de la loco. De vendeur il se transforme en attraction, on retrouve aujourd'hui encore des braseros camouflés en locomotives qui vendent des marrons chauds sur les fêtes foraines.

     


    18 commentaires
  •  

     

    Quelques photos d'une journée avec mon amie Mari Jo

     

    Sainte Croix du Mont

     

    Site géologique exclusivement constitué d'huîtres fossilées datant  de 22 millions d'année, époque où la mer baignait l'Aquitaine

     Château de Malles 

    Demeure du XVIIe siècle, monument historique depuis 1949

    Château Yquem

    Château Roquetaillade

    Dans la même famille depuis 700 ans

    Deux châteaux forts l'un du XVe siècle, l'autre du XIVe siècle

    Fantômas contre Scotland Yard avec Jean Marais et le pacte des loups

    ont été tourné au château

     

    La chapelle

     

     


    11 commentaires
  •  

    On va se régaler, on les aime les chouchous ou chayottes ou christophines

    Un petit clin d'oeil à une amie blogueuse !!

    Un petit texte reçu en commentaire de mon amie avec qui j'ai passé des moments formidables sans oublier notre complice blogueur et sa femme, je vous embrasse !!!

    La cuisine de Câline

    N'est pas une cuisine fine

    Mais tellement succulente

    Que l'on en reprend, encore et encore

    Car il faut nourrir nos p'tits anticorps

    Alors Mesdames, au diable les kilos

    Goûtez, mangez, savourez, vous y reviendrez

    Merci Mari-Jo je t'adore !!!

    Et oui on mange bien chez Câline

    La nouvelle compagne de mon fils

    Elle s'appelle Pixie et à deux mois

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

    Quelques photos prises ça et là...

     

    Villeréal 47

    Halles du XIVe siècle sur pilier de bois avec étage en torchis

     

    Eglise Notre Dame et maison à colombages

    Barbaste 47

     

    Moulin à quatre tours datant d'Henri IV

     

     

     

    Pont roman à dix arches sur la Gélisse

    Nérac 47

    Château Henri IV

    Monbazillac 24

    Château du XVIe siècle, monument historique depuis 1941

    Renommé pour son vin blanc liquoreux

    Lanquais 24 

    Château des XVe et XVIe siècle, classé monument historique

     


    18 commentaires
  •  

     

    Les cadrans solaires

    Le cadran solaire est un instrument silencieux qui indique le temps solaire, par l'emplacement de l'ombre d'un objet de forme variable le gnomon ou le style, sur une surface, la table du cadran.La table généralement plane peut être concave, convexe, sphérique, cylindrique. Le gnomon est un élément vertical qui indique l'heure par la longueur ou la direction de son ombre. Il est considéré du fait de sa simplicité comme l'un des tous premiers objets utilisés par l'homme pour mesurer l'écoulement du temps.

    Les plus anciens modèles connus comme simples cadrans de hauteur ont été trouvé en Egypte. Un nouveau modèle (le scaphé) basé sur la sphère fut introduit par Bérose en Grèce au IIIe siècle avant Jésus Christ et d'autres modèles en découlèrent : (hémisphèrique conique.) Ces modèles indiquaient des heures inégales qui divisait le jour, du lever au coucher du soleil en douze heures été comme hiver. Vers le VIIe siècle les cadrans canoniaux apparurent en Europe suite aux travaux de Bède le Vulnérable. Ils assurèrent une transition vers le cadran solaire à style incliné, tels que nous les connaissons aujourd'hui et dont le principe, provenant de la civilisation arabe apparurent vers le XIIe et XIVe siècles

    L'inclinaison du style a permit de tracer un diagramme de lignes horaires indiquant des heures telles que nous les utilisons : un jour, d'un midi au suivant et divisé en vingt quatre heures quelle que soit l'époque de l'année.L'apparition et la diffusion de l'horloge à partir de la fin du XIVe siècle entraîne le développement de ce type de cadran solaire, puisque ses indications peuvent être comparées à celles des horloges.

    Le cadran solaire disait l'heure, à charge pour l'horloge de les conserver.Les cadrans firent l'objet d'une science , la gnomonique, branche de l'astronomie qui connut son apogée au XVIIe siècle et d'un art, exercé par les cadraniers.

     

    •  

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique