•  

     

    Le bilboquet

     

    Le bilboquet est un jeu d'adresse, composé d'une tige souvent en bois reliée par une cordelette à une boule percée d'un ou de plusieurs trous d'un diamètre ajusté à la tige. Son nom français vient de Bil le Bocquet qui désigne la pointe du javelot. Il est présent dans de nombreuses cultures et époques sous différents noms, son origine est très ancienne.

    Le jeu consiste par un mouvement d'adresse, en utilisant une seul main, à lancer la boule retenue par la ficelle de façon qu'elle retombe sur la tige et s'enfile seule. Accessoirement l'objet qui peut être décoré, en bois précieux ou en ivoire est aussi un bibelot de vitrine.

    L'origine du jeu de bilboquet est assez obscure, certaines sources disent qu'il est apparu pour la première fois en France à la fin du XVIe siècle mais les vêtements des plus anciennes gravures montrant des joueurs de bilboquet sont du XVIIe siècle.

    On dit qu'il serait apparu en France en 1534 , l'année de la première venue de Jacques Cartier au Canada. Le roi de France Henri III lança la mode durant son règne (1574-1589), il aimait beaucoup y jouer durant ses promenades entouré de ses mignons, c'est grâce à lui que le jeu du bilboquet est devenu à la mode.

    La pratique du bilboquet est considéré comme un sport et possède des règles et des organisations sportives nationales et internationales.

    Source Wikipédia


    9 commentaires
  •  

     

    Et pourquoi à l'apéro ....

     

     

       

    Cake à l'italienne

    Pour 4 personnes

    Préparation : 15 mn - Cuisson : 45 mn

    1 tomate, 60 g de tomates cerises, 3 brins de basilic frais, 2 oeufs, 6 cl de lait

    100 g de mozzarella, 80 g de parmesan, 150 g de farine, 4 c à soupe d'huile d'olive

    1/2 sachet de levure chimique, beurre, sel, poivre

    Préchauffez le four à 180°C, pelez et concassez la tomate, coupez la mozzarella en dés

    Rincez, séchez, effeuillez, ciselez le basilic, râpez 60 g de parmesan

    Mélangez les oeufs, la farine et la levure dans un saladier, incorporez-y le lait

    Et le parmesans râpé, ajoutes la tomate concassée, le basilic et la mozzarella

    Salez peu poivrez généreusement, versez dans un moule à cake beurré

    Enfoncez les tomates cerises sur le dessus puis enfournez 45 mn environ

    Décorez du reste de parmesan en copeaux, servez avec une salade

    Tourbillons à la tapenade

    Préchauffez le four à 200°C, pelez 1 gousse d'ail, mixez 200 g d'olives noires dénoyautées, 5 filets 

    D'anchois à l'huile et l'ail avec 3 c à soupe d'huile d'olive, pour obtenir une texture lisse

    Déroulez une pâte feuilletée, tartinez-la avec le tapenade, sur toute la surface, roulez la pâte

    Sur elle-même en serrant bien pour former un boudin, coupez en tranches, déposez-les sur une 

    Plaque couverte de papier cuisson, enfournez 10 à 12 mn ils doivent être dorés, dégustez tiède

     

    Clic pour vérifierMerci Manola pour le cadre

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

    L'Airbus A 380

    Les éléments partent de Pauillac situé sur l'estuaire de la Gironde passe

    Par Bordeaux sur une barge pour rejoindre Langon, puis par la route

    Jusqu'à son lieu de fabrication

    A Langon une darse spéciale destinée à recevoir les convois fluviaux

    A été créé sur la Garonne

    Un aménagement routier a été réalisé en 2004 de Langon à Blagnac

    Des camions au nombre de 6 avec chacun avec un élément de l'avion

    3 fuselages avant,central, arrière, 2 ailes séparées, empennage horizontal

    Hauteur 14 m, largeur 8 m, longueur 50 m

    En 2004 un convoi par mois puis deux et depuis 2008 un convoi par semaine

    Trois étapes sont nécessaires, l'acheminement se fait de 22 h à 6 h

    Sur 3 nuits, le dernier convoi complet a eu lieu le 24 février 

    Et voilà tout a une fin il ne sera plus fabriqué, Air France a dit adieu à l'A 380

    Il ne volera plus pour la France mais dans des pays étrangers

     

    Un dernier vol de 2 heures a été offert aux salariés de la compagnie

    Ils ont effectué une boucle la semaine dernière au dessus de la France

    Avant de se poser à Roissy Charles-de-Gaulle.

    Photos du net


    11 commentaires
  •  

     

    Un petit coucou avec ces jolies fleurs !!!

     

     

     


    16 commentaires
  •  

    Cloisons mobiles ou panneaux décoratifs, les paravents s'invitent dans toutes les pièces de la maison. Ce sont des meubles mobiles constitués de panneaux articulés, les premiers modèles voient le jour en Chine il y a plus de 2.000 ans. Leur principe est adopté en France bien des milliers de siècles plus tard puisque leurs ancêtres remontent au Moyen Âge.

    A l'origone, ils prennent la forme d'ôte-vents qui servent à protéger de l'air froid, ces sortes de tambour étaient placés devant les portes à l'intérieur des grands châteaux et grandes demeures seigneuriales, royaume des courant d'air. Le mot "paravent" n'apparaît qu'à la fin du XVIe siècle pour désigner des modèles à feuilles mobiles de grandes dimensions. Ces meubles se généralisent au siècle suivant.

    Les paravents ne deviennent courant qu'au début du XVIIe siècle dans la noblesse avant de conquérir la bourgeoisie. A cette occasion, leur fonction initiale s'élargit, ils servent de cloisons légères qui soustrait une partie d'une pièce à la vue, créant un espace intime (lit, bureau, meuble de toilette) et dans certains cas protéger du feu. A vocation multiplent, il faut ajouter celle d'ornement, bois textile, peinture, dorure, artistes et artisants ont travaillé toutes sortes de matière, bon nombre de modèles subissent déjà les influences de la tradition orientale.

    Au XVIIIe siècle, les paravents s'affirment toujours comme des objets de luxe fort prisés, cette époque se démarque par le grand raffinement de certains exemplaires, réalisés dans des dimensions variables suivant leur vocation, les plus importants permettent d'aménager une alcôve, les plus petits d'écran ou de décor. Les fabrications japonaises aussi bien qu'européennes sont signées de peintres renommés jusqu'à être conçus comme des oeuvres d'art à part entière.

    Au XIXe siècle, la nouvelle conception des demeures et l'installation du chauffage central ne nécessitent plus l'emploi des paravents, ils perdurent toutefois pour orner ou cloisonner les espaces, pour dissimuler dans les appartements. Après une période de déclin, les paravents retrouvent leurs lettres de noblesse grâce à leur aspect ornemental à le fin du XIXe siècle. Toujours d'actualité, ces meubles créent des cloisons décoratives ou isolent l'espace "bureau" dans les petits appartements d'aujourd'hui.

    Photos du net


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique