•  

    Les bols

    Ces jolies faïences colorées qui fleurent bon les petits-déjeuners d'autrefois. Les bols en faïence se sont de véritablement popularisés à la fin du XIXe siècle, on les retrouve principalement dans les campagnes ou dans les foyers modestes. Les bourgeois, jugeant la faïence trop rustique, préférant les bols en porcelaine fine.

    De nombreuses manufactures fabriquent ces grands bols hauts en couleurs, Gien dans le Loiret est la première à les commercialiser en grandes séries, suivie tout au long du XXe siècle par de nombreuses autres faïenceries (Creil-Montereau, Sarreguemines, Digoin, Lunéville ou encore Choisy-le-Roi. La plupart de ces fabriques signent leur production sous le pied douche  avec un grand tampon 

    Chaque modèle se décline en trois tailles, les plus petits (10 cm) font office de tasse à café, les moyens (15 cm) sont utilisés pour le cacao ou le café au lait du matin, les grands (17 cm) sont destinés à la soupe et au bouillon, les formes ne varient guère tous sont montés sur un pied douche, seule différence notable certains ont des côtés à facettes

    Les couleurs varient un peu, on retrouve du rouge (obtenu à partir d'oxyde de fer ou d'une pierre rouge type brique), du bleu (oxyde de cobalt) et du vert (protoxyde de cuivre) pour l'essentiel, un peu de jaune (oxyde d'antimoine) plus difficile à maîtriser que les autres coloris. Des manufactures comme Creil-Montereau ou Sarreguemines ont commercialisé des bols en faïence entièrement émaillés en blanc

    En revanche, les thèmes de décorations sont extrêmement variés : rayures, pois, damiers, motifs floraux, ornements orientaux ,animaux, personnages....Ces décors sont le plus souvent exécutés à main levée ou au pochoir. Dès le XXe siècle, certains décors incluent un cartouche blanc de façon à ce que le propriétaire du bol puis y inscrire son prénom.

    Certains décors ont parfois été reproduits sur des pots à lait, des théières, des cafetières, des sucriers ou encore des assiettes à dessert, permettant ainsi de constituer un véritable petit "service" à petit déjeuner. Les bols étaient rarement vendus en séries complètes, les quantités achetées variaient plutôt en fonction du nombre de personnes dans la famille..


    12 commentaires
  •  

    La cuillère, oui on la connaît, cuillère à café, cuillère à moka, cuillère...etc mais celles qui vont suivre les connaissez vous

    Cuillères de collection

    La cuillère est un ustensile de table ou de cuisine constitué par son cuilleron, extrémité creuse et concave prolongé par un manche

    Cignus

    Ou cigni, nom donné par les archéologues à un type de cuillère romaine large avec un manche court incurvé en forme de cou de cygne. Ces cignus ont été découverts dans un certain nombre de site romains du IVe et Ve siècle après JC

    Cochléarium

    Ou cochléa, petite cuillère à long manche effilé utilisé dans la Rome Antique. Le mot cochléa veut dire escargot, coquille d'escargot ce qui conduit à penser que ces cuillères servaient à extraire les escargots de leur coquille pour les manger. Cochléa désigne une cuillère en français

    Cuillère d'Apôtre

    C'est une cuillère à cuilleron rond et dont le manche est décoré d'une figurine d'un apôtre, d'un saint ou de Jésus Christ. Les séries de douze pièces représentant les douze Apôtres ou treize pièces ( Apôtres et Christ ) sont très prisées pas les collectionneurs. La plus ancienne cuillère retrouvée daterait de 1493. Aux XVIe et XVIIe siècles, les cuillères étaient offertes lors des baptêmes.

    Cuillère à oeuf

    Petite cuillère adaptée à la consommation des oeufs à la coque. plus petite que la cuillère à café avec un cuilleron plus creux et son extrémité plus pointue, ces caractéristiques permettaient de prélever le contenu de l'oeuf à l'intérieur de la coquille.Dans un service d'argenterie, la cuillère se reconnaît car son cuilleron n'est pas en argent, qui ternit au contact de l'oeuf et lui donne mauvais goût, mais dans un matériau tel que la corne ou l'ivoire

    Cuillère de mariage et la louche

    Cuillère en bois ouvragé offerte dans la coutume bretonne du XIXe siècle par un homme à une femme comme confirmation de son intention de l'épouser et le consolidation de leurs fiançailles. Les motifs ornant ces cuillères sont généralement géométriques mais on y trouve généralement des coeurs. La beauté de la cuillère reflétait l'opulence du futur époux, la fabrication des cuillères de mariage perdure au XXIe siècle dans une intention principalement décorative et folklorique

     


    25 commentaires
  •  

     

    La dune du Pilat

     

    Douce, majestueuse, abritant ses mystères

    Dévoilant à demi, les plus profonds secrets

    Elle est sortie un jour du centre de la terre

    Offrant son sable et ses couleurs nacrées

    Dont les reflets parfois s'ouvrent sur les vagues

    Qui viennent caresser la chute de ses reins

    Comme une femme, alors on peut la voir qui drague

    L'océan très ému, qui se fait plus serein

    Lorsque le vent déploie sa force titanesque

    Et que d'un souffle il vient déchaîner sa passion

    Le décor qui se peint ressemble à une fresque

    Donnant à l'horizon de puissantes pulsions

    Du monde entier on vient, tu es une merveille

    Et notre admiration ne périra jamais

    Même un peu fatigué c'est sur nous que tu veilles

    Tant de pas ont gravi le haut de ton sommet

    Si le temps est brumeux parce qu'il fait des caprices

    Tu revêts ton manteau de tendresse et d'amour

    Attendant le soleil ton ami, ton complice

    Qui t'illumine alors sous son ciel de velours

    Quand la nuit vient saisir ton sommeil hivernal

    Ruisselant à plaisir des perles de cristal

    Texte trouvé sur le net


    10 commentaires
  •  

    Vous avez connu et joué dans votre jeunesse !!

    Je vous perle d'un temps....

    Les osselets

    On y joue avec des petits os qui ont une forme particulière (ils composent le tarse ou l'astragale du très jeune mouton ou autre animal) leur permettent de se glisser o la racine des doigts. Les osselets artificiels du commerce sont beaucoup plus petits que les osselets naturels. C'est un jeu très populaire en Grèce Antique

    Je vous perle d'un temps....

    La toupie

    Je vous perle d'un temps....

    C'est un jouet destiné à tourner sur lui-même le plus longtemps possible en équilibre sur sa pointe

    Je vous perle d'un temps....

    Jouet connu dans l'antiquité c'est un jeu très populaire en Chine, où faire tourner une toupie consiste à fouetter continuellement l'objet conique pour le faire tourner sur la glace ou sur un terrain lisse 

    Je vous perle d'un temps....

    Le yo-yo

    Il est considéré comme le jouet le plus ancien du monde après la toupie, son origine est inconnue, mais il était connu en Grèce il y a plus de deux mille ans. A la fin du XVIIIe siècle, les britanniques connaissaient le jeu sous le nom de "bandarole" Apporté en France par es émigrés de la Révolution française il est appelé "émigrant ou émigrette"

    Je vous perle d'un temps....

    Le jokari

    Est un jeu du type de la pelote basque qui se pratique seul ou à deux, balle de caoutchouc attachée à un socle élastique, la balle après avoir été frappée avec une raquette en bois revient vers le joueur comme si elle avait rebondi contre un fronton.

    Je vous perle d'un temps....

    Le jeu de billes

    Je vous parle d'un temps....

    Très courant dans les écoles, entre le Moyen Âge et la Renaissance la bille devient un objet artisanal en verre, certains maîtres verriers auraient en effet produit des billes au XIVe siècle, en bois ou en métal de forme grossièrement sphérique appelées alors "gobilles", au XVIIIe siècle, les billes s'arrondissent parfaitement . Tout d'abord en terre les billes peuvent être en verre, de pierre, d'agate, de marbre...

     


    11 commentaires
  •  

    Une jolie petite bébête soit on l'adore soit on n'est pas fan du tout

    Sur l'île de la Réunion on mange quoi depuis longtemps

    Premier travail il faut trouver un nid de guêpes

    Enlevez les larves des alvéoles une par une en évitant de les écraser

    Portez les larves à ébullition dans un fond d'eau salée jusqu'à évaporation

     

    Ajoutez de l'huile et faites frire les larves en remuant régulièrement

     

    Servez les larves frites avec du riz blanc ou avec un peu de piment (rougail tomates, piments confits) et pourquoi pas avec une fricassée de brédes de chouchou

     Il faut compter 100 g de larves par personnes, allez hop à vos fourneaux

    Et bon appétit !!!

    Lors d'un séjour sur cette île j'en ai mangé grillées à l'apéro 

    Et ce n'est pas mauvais du tout

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique