•  

     

       

    Ragoût de bœuf aux champignons

     

    Pour 4 personnes

    Préparation : 15 mn - Cuisson : 35 mn

    600 g de bœuf émincé, 250 g de champignons, 2 carottes

    2 blancs de poireaux, 12 cl de bouillon de bœuf fait avec 1/2 cube

    1 c à soupe de concentré de tomates, 1 c à soupe de persil haché

    2 c à soupe d'huile, sel, poivre

    Grattez les carottes, coupez-les en tronçons, lavez, émincez les poireaux

    Nettoyez les champignons, coupez-les en gros morceaux

    Dans une sauteuse, faites chauffer l'huile à feu moyen

    Faites revenir les carottes, les poireaux 3 mn en les remuant

    Ajoutez le bœuf, faites dorer 2 à 3 mn en retournant les morceaux

    Ajoutez le bouillon, le concentré de tomates, sel, poivre

    Couvrez et laissez cuire environ 20 mn

    Ajoutez les champignons, le persil, poursuivez la cuisson 10 mn

    Les champignons doivent être tendres mais fermes

    Servez aussitôt avec du couscous ou des pâtes

     

    Clic pour vérifierMerci Manola pour le cadre

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Ylang-Ylang

    Le botaniste Piere Poivre aurait recueilli cette plante vers 1740 en Malaisie. Les appellations comme la plante sont d'origine indonésienne: "Ylang-Ylang" est le nom donné par les Tagales (aux Philippines) et le mot "canonga" signifie "la fleur des fleurs" dans une des langues des îles Moluques.

     

     

    Cette plante a été introduite aux Comores en 1909  en provenance des Philippines. C'est un arbre aux branches noueuses dont la forme es obtenue par ététage  pour faciliter la cueillette des fleurs. Les fleurs sont cueillies à partir de la troisième année dès l'aube, on collecte uniquement les fleurs jaunes, les mettant dans des paniers en feuilles de coco tressées ou en lianes noires et on les vend aux distillateurs.

     

     

    Très appréciée des populations locales de l'Océan Indien, la fleur d'Ylang-Ylang utilisée pour faire des guirlandes et des couronnes, était à Bali une offrande aux dieux. Les traditions indigènes en font grand cas comme base de cosmétique, souvent associé à l'huile de coco, pour l'élaboration de produits de beauté. L'élégance de son arbre à l'état naturel et le parfums de ses fleurs ont encouragé son acclimatation dans les îles de l'océan indien dès le XVIIIe siècle

     

     

     On cueille les fleurs à la main, les fleurs doivent être distillées le plus  rapidement possible après la cueillette. La production s'étend toute l'année mais elle est généralement plus importante de novembre  à mars. Il faut une centaine de kilos pour obtenir 2 kg d'huile essentielle. Un arbre d'une dizaine d'année donne 10 à 15 kg de fleurs.

     

    L'huile essentielle d'Ylang-Ylang est antidépressive, relaxante, voire sédative, elle est reconnue par ses propriétés aphrodisiaques. Elle est recommandée pour les crises d'angoisses, de stress, de fatigue sexuelle. Ses qualités sont largement reconnues pour les soins de la peau et des cheveux qu'elle contribue à tonifier. Utilisée en parfumerie, cosmétiques, parfum de savon, se fragance est partiellement florale et exotique. Certains la trouvent "envoutante".

     


    16 commentaires
  •  

     

       

     

    Harengs à la sauce moutarde

     

    Pour 4 personnes

    Préparation ; 10 mn - Cuisson : 10 mn

    4 harengs écaillés et vidés, 75 g de beurre, 1 jaune d'œuf

    Le jus d'un citron, 1 c à soupe de moutarde forte, 1 pointe de paprika

    Quelques brins de ciboulette, sel, poivre

    Salez, poivrez l'intérieur des harengs, préchauffez le four en position "gril"

    Mélangez le beurre et la moutarde dans une casserole placée au bain-marie

    Ajoutez le jaune d'œuf, le jus de citron, mouillez d'un verre d'eau

    Salez légèrement, poivrez, ajoutez le paprika, la ciboulette hachée

    Battez le mélange au fouet, sur feu doux, pour obtenir une sauce mousseuse

    Réservez au chaud

    Enduisez les harengs d'un peu d'huile, disposez-les sur la grille du four

    Faites-les griller 4 à 5 mn de chaque côté

    Dressez les harengs sur un plat de service chaud, nappez de sauce

    Servez aussitôt accompagné de pommes de terre vapeurs

     

    Clic pour vérifierMerci Manola pour le cadre

     

     

     


    20 commentaires
  •   

     

       

    Tarte aux poires et au fromage blanc

     

    Pour 6 personnes

    Préparation : 30 mn - Cuisson : 45 mn

    300 g de pâte brisée, 3 poires mûres à point, 2 jaunes d'œufs

    250 g de fromage blanc égoutté, 1 c à soupe de sucre

    1 c à soupe de calvados, le jus d'un demi-citron, 20 g de beurre

    Etalez la pâte brisée dans un moule à tarte beurré

    Recouvrez de papier d'aluminium et de légumes secs

    Faites précuire à four chaud 200°C (th.6/7), pendant 15 mn

    Epluchez et coupez les poires en deux, retirez cœur et pépins

    Faites des incisions verticales sur la face bombée, citronnez-les

    Dans un bol, mélangez jaunes d'œufs, sucre, fromage blanc, calvados

    Sortez le fond de pâte cuit à blanc du four

    Retirez l'aluminium et les légumes secs

    Disposez les moitiés de poires en étoiles, face bombée vers le haut

    Versez le contenu du bol autour des poires

    Faites cuire à four chaud 170°C (th.5) pendant 30 mn environ

    Servez chaud, tiède ou froid

     

    Clic pour vérifiermerci Manola pour le cadre

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

    Fifre

    Petit instrument de musique à vent, plus précisément un bois appartenant à la famille de la flûte traversière. Il est fabriqué en bois (ébène, buis, arbre fruitier ou canne de Provence Arundo donax), comporte six ou sept trous de jeu, et parfois une clé. De perce conique ou cylindrique, cet instrument est le plus souvent dans la tonalité de mi bémol, ou si bémol. Sa petite longueur permet de sonner sur un ambitus de deux octaves et demie, dans une tessiture aiguë avec une échelle diatonique. Quelques altérations peuvent cependant être jouées en bouchant partiellement les trous de jeu, par un instrumentiste expérimenté.

     

    En France, le fifre a été introduit vers la fin du XVe siècle par des mercenaires suisses, qui furent nombreux à s'enrôler dans l'armée de Louis XII. Le fifre était joué dans l'armée mais de manière non officielle. C'est François Ier qui créera la charge officielle de fifre du roi, dont le rôle était de participer aux cérémonies et fêtes officielles. Il prendra par la suite toute sa place dans les armées et notamment sous l'Empire. Le fifre disparaîtra de la musique militaire en 1845 au profit du piccolo. Aujourd'hui, il subsiste encore en France dans la musique des régiments de la Légion étrangère.

    Le fifre était souvent joué par des enfants ou adolescents.

    Parallèlement à sa carrière militaire, le fifre connaît une carrière civile dans la musique traditionnelle et la musique de carnaval. Les musiciens formés à l'armée continuaient de jouer, au retour dans leur village. Le répertoire de ces musiciens comprenait les morceaux militaires appris durant leur service ainsi que les airs populaires de leur région. Les airs de musique militaire et populaire continuent de se transmettre oralement de génération en génération.

    Cette mixité a donné naissance en Gascogne aux ripataoulères, formations musicales composées d'un fifre, d'un tambour et d'une grosse caisse. Ces ripataoulères subsistent encore de nos jours dans la région de Bazas, dans la Haute Lande girondine. Les ripataoulères animent les fêtes et cérémonies populaires et familiales.

     

    Les mêmes formations (en duo fifre et tambour, ou en trio fifre, tambour et grosse caisse) se sont formées dans le comté de Nice, pour donner de nos jours des bandes de plusieurs fifres et plusieurs tambours, auxquels se joignent de petites percussions (grelots, cymbales, etc.). En Bretagne, on retrouve également le duo fifre-tambour (ou trio 2 fifres-tambour), particulièrement dans le pays de Pontivy, ville militaire au XIXe siècle dénommée Napoléonville. C'est dans le domaine religieux, que la formation fifres et tambours tient un rôle rituel, marchant en tête des processions de pardons tout au long du XIXe siècle, et jusqu'aux années 1930. Le fifre est appelé flipo en langue bretonne.

    En Languedoc, il accompagne la danse des animaux totémiques (chameau de Béziers, âne de Gignac, poulain de Pézenas, etc.), fait danser dans les remises et anime les carnavals. Le fifre est également l'instrument incontournable du carnaval dunkerquois. Le Valais (Suisse) possède des corps de fifres et de tambours pour parader dans les rues. Le fifre sert aussi dans les marches folklorique en Belgique, dans la région de l'Entre-Sambre-et-Meuse.

     

     


    18 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires