•  

     

    Avec des jeux de plein air

    Du croquet cher aux britanniques jusqu'aux boules de pétanque en passant par les raquettes de tennis, ils distillent le charme des objets du bonheur. On les sortait aux belles heures de l'été pour le plaisir des joueurs anonymes dont beaucoup n'avaient de sportifs que le noms. 

     

    Le lancer de boules à la main est un plaisir très français, on le pratique sous diverses variantes, partout depuis des siècles et plus encore dans la partie sud depuis le XIXe siècle.  A Lyon on fait rouler des boules lourdes, dans le midi on n'aime guère la boule lyonnaise, on lui préfère le jeu libre avec élan. Au début du XXe  siècle c'est la pétanque qui envahira le sud et séduira les joueurs bien au delà des frontières.

    Le croquet un autre jeu de boules qui fait fureur en Grande-Bretagne au XIXe siècle. Ce jeu est né en France avant d'être récupéré par les Irlandais au XIIIe siècle.

    Le jeu de quilles

    Tout aussi universel le jeu de quilles est aussi prisé en France qu'en Angleterre où il se transforme en bowling à la fin du XIXe siècle.

    Le tennis

    On joue toujours avec une balle mais en utilisant un plateau ou un filet tressé équipé d'une poignet  : la raquette. La panoplie des raquettes est étendue, celles qu'on trouve aujourd'hui pour les plus vieilles datent du XIXe siècles . La forme triangulaire des raquettes a progressivement évolué au fil des ans pour se rapprocher des critères modernes. 

    Le ping-pong

    Les raquettes ont aussi connu la gloire en tennis de table dès l'entre-deux-guerres, les Français appelaient alors "ping-pong" ce sport cher aux extrême-orientaux. Les premières raquettes sont en bois recouvertes de peau ou de feutre 

    Le badminton

    Très prisé des Anglais qui le considèrent comme un vrai sport, le badminton a essaimé en France dans les années 1930 où il est devenu un vrai sport. Il se pratique comme le tennis, mais avec un volant à plumes en guise de balles, les raquettes en bois sont plus légères, plus fines.

    Le ballon

    Rond ou ovale, il sépare les Français des Anglais, mais dans tous les cas vous aurez en main des objets de charme, en cuir patiné par l'usage et les ans avec des coutures marqués. Les ballons de rugby du XIXe et début du XXe siècle sont généralement Anglo- saxons. Les ballons de football de l'époque héroïque sont lourds avec des coutures très marquées.

    Les patins à roulettes

    Inventé probablement avant le XVIIIe siècle le patin à roulettes devient un sport à la mode à partir du XIXe siècle. En bois ou en métal, les modèles se succèdent, en ligne ou à quatre roues montés sur bottines.... La vogue culmine vers les années 1880 avec les premiers roulements à billes

    La trottinette

    Imaginée par les visionnaires depuis de siècles, elles se sont développées au XIXe siècle, parallèlement au vélo

     

     


    18 commentaires
  •  

    Pizza aux légumes, chèvre, jambon de Parme

    Pour 4 personnes - Préparation : 25 mn - Cuisson - 25 mn

    350 g de pâte à pizza, 4 tranches de jambon de Parme, 250 g de chèvre frais, 2 courgettes, 1 aubergine, 1 oignon rouge, 1 gousse d'ail, 5 brins d'origan, 20 cl de suce de tomates, 4 c à s d'huile d'olive, 2 c à s de pignons de pin, sel, poivre

    Préchauffez le four à 240°C, lavez pais déchez l'aubergine et es courgettes, pelez l'oignon puis émincez le tout, pelez et hachez l'ail. Faites chauffer 2 c à s d'huile dans une poêle faites-y revenir l'ail 3 mn, déposez les tranches de légumes et les rondelles d'oignons, laissez griller 3 mn à feu vif de chaque côté, salez, poivrez.

    Abaissez la pâte en rectangle, tartinez-la de sauce tomates puis couvrez de légumes, émiettez le chèvre dessus, parsemez de pignons et enfournez 15 mn. Déchirez les tranches de jambon en lanières, effeuillez l'origan et répartissez le tout sur la pizza à la sortie du four, arrosez du reste d'huile, poivrez avant de servir

    Tarte moelleuse aux courgettes

    Pour 4 personnes - Préparation : 15 mn - Cuisson : 40 mn

    1 pâte brisée,5 petites courgettes fermes, 3 oeufs, 20 cl de lait, 100 g de feta, 10 cl de crème fleurette entière, 10 g de beurre, 2 c à s de farine, 2 c à s de pignons de pin, 2 pincées de muscade râpée, sel, poivre.

    Préchauffez le four à 180°C,nettoyez puis émincez les courgettes, fouettez ensemble le oeufs, la farine, le lait, la muscade, la crème, sel, poivre, émiettez la feta. Foncez un moule à tarte beurré avec la pâte brisée, répartissez dessus les rondelles de courgettes en alternant avec la feta, nappez de la préparation aux oeufs.

    Enfournez pour 35 mn de cuisson puis augmentez la température du four à 200°C, parsemez de pignons de pin puis enfournez à nouveau 5 mn, servez tiède ou froid. A la préparation aux oeufs vous pouvez ajouter 1 à 2 c à soupe de moutarde forte et 2 pincées de curry

    Tarte fine

    Emincez de jeunes courgettes et couvrez-en un fond de pâte tartiné de fromage frais, faites cuire 15 mn à 180°C, ajoutez des dés de feta et du chorizo coupé en morceaux, poursuivez la cuisson 10 mn à 200°C.

     

     


    11 commentaires
  •  

    Panzanella au thon mi-cuit

    Pour 4 personnes - Préparation : 15 mn - Cuisson : 10 mn

    400 g de thon frais, 4 anchois, 300 g de pain rassis, 600 g de tomates cerises, 1 oignon vert, 100 g d'olives noirs dénoyautées, 1 brin de basilic, huile d'olive, sel, poivre

    Préchauffez le four à 220°C, dans une poêle huilée, faites cuire le thon en faisant dorer les deux faces juste assez pour qu'il soit cru à coeur, laissez-le refroidir puis détaillez-le en carrés. Coupez le pain en morceaux, répartissez-le sur une plaque puis arrosez-le d'huile, enfournez 5 mn pour le griller et laissez-le refroidir.

    Epongez les anchois, coupez-les en morceaux, nettoyez les tomates puis détaillez-les en rondelles, lavez l'oignon et émincez-le tige comprise. Réunissez tous les ingrédients avec les olives dans un saladier, arrosez d'huile, salez, poivrez. Rincez, séchez, effeuillez le basilic, parsemez-en la salade et servez aussitôt.

    Tartelettes fines aux abricots, "caramiel" d'amandes

    Il fait chaud, on mange léger !!!

    Pour 4 personnes - Préparation : 20 mn - Cuisson : 25 mn

    9 abricots bien mûrs, 350 g de pâte feuilletée, 1 c à s d'amandes entières, 1 c à café d'extrait d'amandes amères, 80 g de cassonade, 1 c à s de miel de châtaignier

    Préchauffez le four à 200°C, abaissez la pâte au rouleau à 8 mn d'épaisseur, détaillez-en 4 disques de 18 cm de diamètre, placez-les sur une plaque chemisée de papier cuisson et piquez-les à la fourchette. Nettoyez les abricots et coupez-les en tanches fines, disposez-les en rosace sir les fonds de tartelettes, saupoudrez-les d'une c à café de cassonade et enfournez 10 mn.

    Réduisez la température du four à 180°C et poursuivez la cuisson 10 à 15 mn pour colorer la pâte. Dans une casserole antiadhésive avec 2 c à s d'eau faites fondre le reste de cassonade, laissez dorer, ajoutez le miel et l'extrait d'amandes, mélangez à la cuillère en bois et retirez du feu. Sortez les tartelettes du four nappez-les de caramel, concassez les amandes et répartissez-les dessus, dégustez tiède.

     


    12 commentaires
  •  

     Je suis issue du monde paysan, j'ai travaillé la terre toute ma vie, la vie n'a pas toujours été facile surtout pour mes parents car ils ont été toute leur vie !!!

     

    Métayer

    C'est celui qui partage à demi les récoltes avec le propriétaire de l'exploitation. Paysan pauvre et sans terres il n'a que ses bras et son courage à offrir. Il ne possède rien ni le sol, ni le bétail mais il exploite un domaine agricole après avoir pris l'engagement de partager par moitié tous les produits avec le propriétaire.

     

    Le propriétaire fournit la terre et les bêtes, le métayer apporte son outillage, ses bras et ceux de sa famille. Si les récoltes sont médiocres, la part à reverser au propriétaire baisse d'autant. mais les mauvaises années ne lui laissent pas toujours de quoi vivre. j'ai vu de tristes années quand le gel ou la grêle avait endommagé les cultures et bien c'était la galère.

     

    Sur les terres, il se cultivait de la vigne, du tabac et il y avait des vaches laitières. Le lait était pour le métayer, cela lui faisait un peu d'argent qui rentrait tous les mois, mais les veaux se partageaient tout comme le vin. Le tabac lui s'était tout une année de travail et une fois les frais sortis il ne restait parfois pas beaucoup d'argent à partager....

     

    J'ai vu mes parents tiraient souvent la langue comme on dit chez nous, les propriétaires ont bien vécu car ils avaient plusieurs métayers qui les faisaient vivre. Quand les métayers ont disparus ou qu'ils n'en trouvaient plus, certains propriétaires n'ont pas su se mettre à l'ouvrage et ont laissé quelques métairies ainsi que les bâtiments à l'abandon, et je parle en connaissance.

     

    Les cochons, les volailles avec les légumes nourrissaient ces gens, car aller au boucher c'était très très rare. Le propriétaire n'y touchait pas mais j'ai vu un jour celui de mes parents demandait à mon père un poulet et même se ramasser des pommes et des citrouilles sans demander l'autorisation, alors qu'elles servaient pour nourrir les cochons, lui ne tirait pas sur la ficelle pour vivre, il entretenait même une poupée !!!!!

     

    De métayage en métayage, quand les enfants grandissaient on en quittait une pour un autre, dont la métairie était plus grande en espérant que cela serait mieux, qu'on vivrait mieux, mais il n'y avait pas de changement vu que le statut était toujours le même. Par la suite ils ont trouvé un propriétaire compréhensif et ils sont passés au deux tiers, un tiers pour le patron et deux pour eux, c'est là qu'ils ont fini jusqu'à leur retraite.

     

     C'est un passage de ma vie, et c'est surtout un hommage que j'ai voulu rendre à ces paysans qui n'ont pas eu le vie facile mais qui malgré tout avait un très grand cœur.....

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    Quiche façon tian

     

    Pour 4 personnes - Préparation : 25 mn - Cuisson : 55 mn

    1 pâte brisée, 2 courgettes, 1 aubergine moyenne, 2 tomates, 1 oignon rouge, 1 c à s de thym frais, 2 oeufs, 15 cl de crème liquide, 80 g de parmesan, 10 g de beurre, 5 c à s d'huile d'olive, 1 c à s de moutarde, sel, poivre

    Préchauffez le four à 180°C, pelez et émincez l'oignon, lavez et séchez les autres légumes puis détaillez-les en tranches fines. Disposez les tranches d'aubergines de courgettes et d'oignon sur une paque tapissée de papier sulfurisé, badigeonnez de 4 c à s d'huile, salez, poivrez, enfournez 15 mn en retournant les tranches à mi-cuisson.

    Déroulez la pâte et foncez un moule beurré, battre ensemble les oeufs, la crème, la moutarde, la moitié du thym, le parmesan et du poivre. Rangez les tranches de légumes sur le fond de tarte en les alternant et en les serrant, nappez avec la préparation aux oeufs et enfournez pour 40 mn de cuisson. Parsemez de thym restant et arrosez d'un filet d'huile au moment de servir.

    Brochettes estivales

     

    Pour 4 personnes - Préparation : 20 mn - Marinade : 1 h - Cuisson : 15 mn

    400 g d'échine de porc, 2courgettes, 1 poivron rouge, 1 poivron jaune, 1 jus de citron, 1 gousse d'ail, 5 c à s d'huile d'olive, 1 c à s d'herbes de Provence, sel, poivre

    Coupez le porc en gros cubes, lavez et séchez les poivrons, épépinez-les et détaillez-les encarrés. Nettoyez les courgettes, émincez-les dans la longueur, pelez et hachez l'ail.. Piquez en alternance les cubes de porc, les poivrons, les lanières de courgettes sur des piques en bois.

    Salez 't poivrez le jus de citron, ajoutez-y les herbes de Provence, puis émulsionnez avec l'huile, arrosez les brochettes dans un plat creux, couvrez et laissez mariner 1 heure. Préparez le barbecue et faites driller les brochettes 15 mn sur des braises bien chaudes en les retournant régulièrement.

    Servez avec un tartare de tomates : détaillez des tomates charnues en dés et faites-les mariner 30 mn au frais dans une vinaigrette au balsamique.

     


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires